Namnam a lu : Fight Club, de Chuck Palahniuk.

IMG_20150803_163452

 Titre : Fight Club | Auteur : Chuck Palahniuk | Nb pages : 224. 

Je me décide enfin à sortir de mes brouillons cet article ! Bouquin fort connu et aimé de beaucoup, il m’a été pour ma part difficile d’avoir un avis clair, net, et précis dessus. Mais j’ai fais mon possible pour partager au mieux ce que je ressentais après cette lecture !


Sur le plus haut building du monde, deux hommes exploseront dans dix minutes : Tyler Durden et le narrateur.
Flashback.
Un jeune cadre mène une éternelle routine ; voyages en avions pour établir une formule sur des carcasses de voiture, des rencontres éphémères, tout un mobilier ikéa. La seule chose cassant son quotidien, c’est son insomnie. Mais pour cela, il a trouvé une parade : fréquenter les groupes thérapeutiques tel que celui pour le cancer des testicules, et se nourrit de la tristesse des autres afin de retrouver le sommeil. Cette solution fonctionne un temps, jusqu’à qu’il fasse la rencontre de Marla, jeune femme étrange, pratiquant la même imposture. Et pire sera sa confrontation avec Tyler Durden, l’inventeur des fights clubs, ces rassemblements où chacun use de ses poings jusqu’à épuisement. Certains y vont pour donner un sens à leur vie. D’autres, pour diverses raisons. Tyler répand toujours plus les fights clubs, jusqu’à ce que tout ça dégénère…


Tout d’abord, l’idée de roman est intéressante : aller à ces groupes de soutien pour se dire qu’au final, on ne va pas si mal ; le fait que cela lui devienne totalement indispensable ; la violence qu’il y a à travers tout ce livre, bref, la trame du récit est très bien. Cependant, vers le milieu, j’ai commencé à ma lasser, m’ennuyer. Les choses tournaient un peu en rond et se répétaient.

La première chose qui frappe, dans ce roman, c’est le narrateur, car celui-ci est anonyme. Il peut donc s’agir de n’importe qui, pourquoi pas « Monsieur tout le monde« , ou bien vous, lecteurs — solution plausible puisqu’il y a utilisation du « vous » ( exemple : « vous n’êtes pas votre nom » ; etc. ) ce qui plonge encore plus le lecteur dans l’histoire et l’incite à s’imaginer à la place du narrateur.

Les autres éléments marquants se trouvent dans l’écriture. Celle-ci est plutôt agréable à lire : les phrases courtes font que l’on enchaîne facilement les dites phrases et créaient un rythme saccadé. Les répétitions présentes dans le livre peuvent aider au style mais sont utilisées de manière trop abondantes, ce qui engendre un certain ennui. Mais la chose la plus surprenante dans l’écriture de l’auteur, c’est l’absence de certains tirets. Cela fait partie intégrante du style, mais c’est quelque peu gênant, et surtout, troublant. En effet, on ne sait pas lorsqu’il est question de paroles internes ou bien de discours, ce qui nous perd totalement, produit une énorme confusion ; mais la encore, cela va parfaitement à l’ambiance et au personnage principal !

Par ailleurs, ce dernier recherche inlassablement un sens à donner à sa vie et cela touche beaucoup de monde. Après tout, beaucoup de gens se sont déjà demandés à quoi se résumait leur vie, non ?
L’autre personnage important, c’est bien évidemment Tyler Durden. C’est un caractère complexe qui est impossible, ou difficile à cerner, aussi bien pour le lecteur mais aussi pour les personnages dans le roman. Et à nouveau, la confusion se fait, toujours plus grande. A croire que Chuck Palahniuk voulait nous faire perdre la tête !

Pour beaucoup de monde, Fight Club, c’est avant tout la critique de notre société, notamment celle de consommation. Alors oui, mais contrairement à pas mal de gens, je n’ai pas trouvé que c’était l’interprétation la plus importante, ou peut-être que c’est celle qui m’a le moins touché. En tout cas, il y en a d’autres, avec un aspect dédié à ce dont souffre le narrateur ( spoiler, pour le lire, surlignez  : schizophrénie. ) et un autre consacré à l‘homosexualité. Peut-être pas quelque chose dit explicitement, mais il y a de nombreuses allusions.

Vous l’aurez probablement compris, je n’ai pas trouvé ce roman spectaculaire. Une bonne lecture, mais je m’attendais tout de même à mieux et pas à m’ennuyer au milieu d’une histoire certes intéressante, mais ô combien répétitive à mes yeux.

Note : tea_and_books_avatar_by_kezzi_rose-d5xt05atea_and_books_avatar_by_kezzi_rose-d5xt05atea_and_books_avatar_by_kezzi_rose-d5xt05a(3/5)

Et votre ressenti alors ? 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s