Camille a lu : Red Queen de Victoria Aveyard

red-queen-tome-1-576564

Auteur : Victoria Aveyard
Année de publication : 2015
Nombre de pages : 444
Suite :  La saga doit compter 5 tomes. Le 2e, Glass Sword, est sorti en février 2016.


«Notre armée se lèvera, aussi rouge que l’aube.
« Les Argents n’ont rien à craindre de nous, les Rouges. Tout le monde le sait. Nous ne sommes pas leurs égaux, même si rien ne nous différencie en apparence. Le seul signe distinctif, extérieur en tout cas, est que les Argents se tiennent bien droit, tandis que nous avons le dos courbé par le travail, l’absence d’espoir et la déception inévitable face à notre sort. »
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, passe ses journées à voler pour subvenir aux besoins de sa famille, jusqu’au jour où elle se découvre un pouvoir extraordinaire digne d’un Argent, et même d’un prince argent. Dans la prison dorée du palais d’Archeon, elle apprend la duplicité pour tenter de renverser le couple royal et libérer ses semblables.»


A l’origine, j’avais acheté Red Queen pour les vacances d’été de l’année dernière. Je voulais quelque chose d’addictif, vous savez le genre de livre qu’il est impensable de lâcher que vous soyez à la plage, dans un parc ou tout simplement au frais dans votre salon. Mais finalement il est passé à la trappe et c’est seulement en mars que je m’y suis plongée.

L’histoire se déroule dans un monde qui n’a rien d’utopique, une bonne vieille dictature basée sur le sang, littéralement. Au sommet de la hiérarchie sociale se trouvent les Argents, qui en plus de cette petite particularité de couleur sont également dotés de pouvoirs surnaturels. Et en dessous, les Rouges, opprimés et contraints de servir l’élite. La règle est simple : si à 18 ans leurs enfants n’ont pas trouvé d’employeurs, ils sont envoyés au front. Une perspective peu réjouissante qui attend Mare, à l’instar de ses frères aînés. Mais ça, c’était sans compter son don qui est révélé aux yeux de tous lors d’une cérémonie royale, bien qu’elle n’ait jusque-là jamais soupçonné son existence.
Dès cet instant, la vie de la jeune fille change du tout au tout. Présentée comme une Argent au reste du pays, elle intègre la cour et est promise à l’un des fils du Roi. Pour autant, elle n’oublie pas d’où elle vient et est bien décidée à apporter son aide aux rebelles afin de changer le cours de l’histoire.

Mare, dont nous avons le point de vue, est un personnage intéressant et réaliste. Elle est loin d’être parfaite, ses remarques et ses réactions m’ont parfois agacé, mais elle se bat pour ce qu’elle pense juste et c’est ce qui la rend touchante. J’ai bien aimé voir son évolution dans ce monde aux antipodes de tout ce qu’elle a toujours connu. Et peu à peu, ce palais qui la faisait tant rêver apparaît sous son vrai jour. Mensonges, trahisons et manipulations sont monnaie courante et leur maîtrise devient vite essentielle pour survivre. « N’importe qui peut trahir n’importe qui ». Voilà qui résume l’ambiance générale de la cour.
L’héroïne est également entourée de Maven et Cal, les deux fils du roi qui sont chacun à leur manière intriguant. Je trouve quand même ce triangle amoureux un peu gros, mais passons.
Le cadre est vraiment intéressant, il assez complexe et détaillé pour qu’on y croie et ça ouvre la porte à l’infinité des possibles. Malheureusement, l’intrigue en elle-même n’est pas originale et dans l’ensemble les rebondissements sont trop prévisibles ! Un seul événement m’a réellement surprise, alors que je m’attendais à un suspense intense du début à la fin.
J’ai aussi eu du mal à me débarrasser d’un sentiment de déjà-vu et à m’empêcher de faire des comparaisons avec Hunger Games, la Sélection ou encore Divergente.
Red Queen reste une lecture agréable, mais elle ne m’a pas bouleversée ni réellement tenue en haleine.

Concernant l’écriture, il n’y a pas à dire, elle  fait le job. J’ai été gêné par quelques phrases tournées bizarrement, voire par des fautes d’orthographe, mais ça vient surement de la traduction française. C’est dommage, c’est le genre de détail qui empêche de rendre la lecture totalement fluide.

En bref, une dystopie efficace mais assez convenue. Je lirai sans doute la suite, en espérant que le deuxième tome soit plus original. 

Note : tea_and_books_avatar_by_kezzi_rose-d5xt05atea_and_books_avatar_by_kezzi_rose-d5xt05atea_and_books_avatar_by_kezzi_rose-d5xt05a (3/5)

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Publicités

10 réflexions sur “Camille a lu : Red Queen de Victoria Aveyard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s