Namnam a lu : Charlotte, de David Foenkinos.

IMG_20150814_181251


Titre : Charlotte | Auteur : David Foenkinos | Nombre de pages : 224

     Doublement récompensé par le prix Renaudot et le prix Goncourt des lycéens, David Foenkinos a su faire parler de lui avec la sortie de son 13e roman, Charlotte. Je ne vais pas mentir : je ne connaissais ni l’auteur, ni l’artiste dont traite ce livre. Et, après lecture, je pense jeter un coup d’oeil aux œuvres de ces deux personnes ! Voici un petit résumé pour ce qui ne saurait pas de quoi parle ce roman :


Charlotte, c’est une biographie romancée. Celle de Charlotte Salomon, artiste peintre très prometteuse, mais à qui la vie n’a pas sourit. Son destin est détruit par une époque, par des origines, par son pays natal, par Hitler : elle meurt à vingt-six ans, alors qu’elle est enceinte, dans un des nombreux camps de concentration. Elle a su échapper à la tragédie suicidaire dont souffrait sa famille, mais n’a pu effacer les lois raciales concernant les Juifs.
Mais au final, Charlotte, ce n’est pas qu’elle. C’est aussi l’auteur de ce roman, et son obsession pour cette artiste. Obsession qui l’aura poussé à découvrir toute sa vie, pour ensuite la retranscrire.


     Je me suis tout d’abord demandée si David Foenkinos aurait remporté deux prix s’il n’aurait pas choisi d’écrire son livre d’une manière particulière. Peut-être bien, mais je pense vraiment que l’écriture y est pour quelque chose, elle donne un coup de renouveau, d’innovation, et aide à ressentir les émotions qui se dégagent d’une telle lecture.
Ce que j’entends pas « écrire son livre d’une manière particulière » ? L’auteur a fait le choix — ou a été contraint, comme lui-même le dit — de toujours revenir à la ligne à chaque fin de phrase. Ce qui fait une phrase, une ligne. Les paragraphes ressemblent donc d’avantage à des strophes, et cela donne un aspect poétique. Beaucoup de lecteurs ont eu du mal avec ce procédé d’écriture, ils ont ressenti une gêne au début. Pour ma part, ça ne m’a pas gêné du tout, et j’ai même adoré ce choix. Plusieurs fois dans ma lecture, j’ai essayé d’imaginer ce livre rédigé d’une manière « normale », avec les phrases s’enchaînant les unes à la suite des autres. Cela aurait été affreux, parce que l’histoire est trop forte et bouleversante, le lecteur aurait tout simplement étouffé, suffoqué au milieu de temps de tristesse, d’injustice, etc. De plus, ce retour à la ligne nous permet de nous focaliser encore plus sur les mots, ils prennent plus d’importance et les mots essentiels ressortent d’eux-mêmes.

     Autant j’ai aimé ce point sur l’écriture, autant un autre m’a déçu : l’auteur s’impose dans le récit, la présence du « je » est troublante dans une biographie. David Foenkinos nous raconte les difficultés qu’il a eu à aller dans certains lieux, son sentiment en suivant les pas de Charlotte, et sa hantise même pour cette personne ! ( J’ai eu un mal fou avec ça, son obsession est tellement puissante qu’on dirait presque un stalker… ) Je pense que l’incorporation du ressenti de l’auteur était quelque peu inutile, on le comprend suffisamment bien à travers les mots qui retrace la vie de l’artiste. Puis, cette nécessité d’expliquer en plein milieu d’histoire pourquoi il a choisit d’écrire ainsi. Cela aurait plus eu sa place dans un avant-propos.

     Le roman est également coupé en huit parties + un épilogue, chacune parlant d’une certaine époque. Ma préférée est sans conteste la septième, puisqu’on découvre son oeuvre « Vie ? Ou Théâtre ? » Cette partie est vraiment très intéressante, c’est son grand projet, et elle ne sait pas le temps qu’elle possède pour le réaliser. Il y avait d’ailleurs comme une « frénésie » des mots, le sentiment d’une course contre la montre se dégageait. Une fois son travail achevé, elle le donnera à son médecin, avec ces mots : C’est toute ma vie.
Et là, grosse déception. Grosse, que dis-je, énorme ! L’auteur lui-même ne sait quel sens attribué à ces paroles, si c’est « l’oeuvre qui est importante comme sa vie »,  « toute sa vie est racontée dans cette oeuvre », ou encore « c’est toute sa vie, car sa vie était finie ? » Cette phrase lui est obsédante, mais… Il survole tout de même le travail de Charlotte Salomon ! Il ne parle pas tant que ça de son oeuvre, de ses peintures ! Alors il y a une incohérence entre cette phrase si mystérieuse, et l’importance que possède ses peintures dans cette oeuvre. Comme si tout cela, le temps qu’elle a passé à peindre, n’était qu’éphémère.

     C’est un roman qui ne laisse pas de marbre : oui, il est bouleversant ; oui, il est magnifique ; oui, cette histoire est tragique. Mais il y a des points négatifs qui rebutent quelque peu, qui retire de la beauté à cette histoire mélancolique. Pour la découverte de cette artiste, et pour les sentiments, les émotions qui s’échappent des mots, je vous le conseille.

Note : tea_and_books_avatar_by_kezzi_rose-d5xt05atea_and_books_avatar_by_kezzi_rose-d5xt05atea_and_books_avatar_by_kezzi_rose-d5xt05ahot_cup_of_tea_by_mouiikara ( 3.5/5 )

Et vous, qu’en pensez-vous ? 
Avez-vous été touchés par l’histoire de Charlotte Salomon ? 

Publicités

2 réflexions sur “Namnam a lu : Charlotte, de David Foenkinos.

  1. J’ai adoré La Délicatesse et en Cas de Bonheur du même auteur. Du coup je me procure tous ses autres livres, sans distinction. Charlotte se trouve dans ma PàL, et j’ai hâte de le lire… surtout après avoir lu ta chronique ! 🙂 J’aime les biographies généralement.

    Aimé par 1 personne

    1. Oh merci bien ! Je pensais lire d’autres de ses livres, surtout que la bibliothèque de ma ville en a quelques uns donc c’est parfait, je compte bien découvrir un peu plus l’univers de David Foenkinos. ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s